• Adieu la galère en France, ma retraite dorée au Portugal !

    Posted on septembre 7, 2014 by in Actualités

     

    Les classes moyennes sont-elles les grandes perdantes aujourd’hui en France ? Cette large majorité de la population, ni riche ni pauvre, considère qu’elle est désavantagée en permanence. D’une part, ces familles dont les revenus oscillent entre un peu moins de 3 000 et 5 500 euros par mois, voient comme une injustice de ne pas bénéficier des aides sociales.

    Comme les plus pauvres, elles considèrent qu’elles ont de plus en plus de mal à boucler leur budget en cette période de crise. D’autre part, elles jugent qu’elles font office de « vache à lait » sur laquelle la pression fiscale ne cesse d’augmenter. Au final, ces « forces vives » du pays ont le sentiment de s’appauvrir et ne plus avoir les moyens de progresser dans la société comme c’était le cas pendant des dizaines d’années.

    Capital a mené l’enquête pour démêler le vrai du faux sur ce grand malaise des classes moyennes.  A voir ce dimanche 7 septembre 2014, à 20h55 sur M6. Magazine repésenté par François-Xavier Ménage

    Peu d’aides sociales, beaucoup d’impôts : les classes moyennes sont-elles les dindons de la farce ? Les classes moyennes donnent-elles beaucoup plus au système qu’elles ne reçoivent ? Capital a choisi une ville représentative et a enquêté auprès des familles.

    Logement social : interdit aux classes moyennes ? Alors que le logement est le poste qui pèse le plus lourd dans le budget des classes moyennes, il semble que l’accès aux HLM leur soit devenu interdit. Dans les commissions d’attribution, ce sont les foyers les plus démunis qui sont prioritaires. Certes, il existe des logements sociaux réservés aux classes moyennes mais ils ne sont pas suffisants et parfois occupés par des locataires qui n’y ont pas droit. Enquête.

    Peur du chômage pour mes enfants : je me ruine en soutien scolaire. La grande angoisse des classes moyennes, c’est que leurs enfants ne progressent pas sur l’échelle sociale, ou pire, qu’ils soient déclassés. Une menace réelle avec la persistance du chômage de masse et la dégradation de l’enseignement public. Alors de nombreuses familles consacrent un budget conséquent aux cours privés de soutien scolaire. Dans ce domaine, la dernière trouvaille ce sont les « stages intensifs » à des tarifs souvent élevés. Qui se cache derrière ces formations et que valent-elles vraiment ?

    Heureusement il existe pour les classes moyennes une solution face au coût exorbitant de l’immobilier et la baisse du pouvoir d’achat : la fuite au Portugal (en Algarve) ! Depuis quelques temps, ce pays a obtenu que les retraités des autres pays de l’Union Européenne soient exonérés d’impôts sur le revenu s’ils s’installent sur place. Les seniors français se ruent pour profiter non seulement de cet avantage fiscal mais aussi d’un coût de la vie très bas et d’opportunités immobilières impensables en France.