• Comment doubler ou tripler son pouvoir d’achat en s’installant au Portugal !

    Posted on décembre 21, 2013 by in Actualités

     

    Ce n’est bien sûr qu’une simulation, mais selon les calculs d’un économiste, spécialiste de l’immobilier, un couple de retraités français peut considérablement accroître son pouvoir d’achat en devenant résident fiscal au Portugal ! Grâce notamment à l’exonération des pensions par le fisc portugais pendant 10 ans.

    « Aucun impôt ni de taxe sur les retraites des deux conjoints indépendamment du montant de leurs pensions, une fiscalité locale (taxe d’habitation, taxe foncière) 4 fois moins élevées qu’en France, pas d’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) comme en France, une fiscalité immobilière (plus-value) moins élevée qu’en France, un coût de la vie inférieur de 30 à 40% par rapport à la France, une offre immobilière de qualité pour tous les budgets, une meilleure rentabilité locative qu’en France… », Nicolas Tarnaud, titulaire de la chaîne immobilier à la Neoma Business School www.neoma-bs.fr/ de Reims ne tarit pas d’éloge sur le « Paradis fiscal portugais pour les retraités français ». La liste des avantages est longue.

    "L'Algarve, la meilleure destination de plage en Europe" : World Travel Awards 2013

    « L’Algarve, la meilleure destination de plage en Europe » : World Travel Awards 2013

    Pour illustrer son propos, Nicolas Tarnaud a d’ailleurs fait chauffer sa calculette pour effectuer des simulations.

    Simulation 1  : un couple de retraités français, non assujetti à l’ISF, et restant en France.

    Ce couple de retraités du secteur privé perçoit une pension de 4.000 euros net par mois, soit 48 000 €/an. S’ils restent en France, ils payeraient 3.370€ d’impôts (impôts 2013 sur le revenu 2012). S’ils habitent un 60 m2 à Levallois-Perret dans un immeuble récent (valeur du bien : 600 000 €) dont ils sont propriétaires, ils paieraient une taxe foncière de 1.800 euros et une taxe d’habitation de 1.500 euros.

    Simulation 2  : ce même couple décide de prendre sa retraite au Portugal

    Si ce même couple part vivre à Lisbonne, il économise 3.370 euros d’impôts annuels sur les pensions qu’il perçoit. Il peut trouver un magnifique 100 m2 pour 300.000 euros dans les meilleurs quartiers de la ville. Du produit de la vente de leur bien de Levallois-Perret, il leur reste 300.000€ qu’ils pourront placer à 4%, soit 12.000 euros de revenus imposés à 20%. Soit une épargne supplémentaire nette de 9.600€/ an, soit 800 euros net par mois. La taxe foncière se monte à 400 euros et la taxe d’habitation à 500€. Par rapport à la fiscalité locale Française, ils économiseront donc 2.400€/an. Ils vont donc augmenter leur pouvoir d’achat grâce au gain fiscal et immobilier de 15.370 euros par an, soit 1.280€/mois. Sur 10 ans (soit la durée de l’exonération pour les pensions des non résident habituels), cela représentera 153.370 euros d’économies réalisées. Ces gains pourront en partie être dépensés et/ou épargnés. Ils pourront faire des donations à leurs enfants.

    Le coût de la vie étant de 30 à 40% moins cher, leur pension et revenu de l’épargne vont augmenter dans la même proportion leur pouvoir d’achat quotidien. Ils auront un pouvoir d’achat réel net de 4 000 euros +1 480 euros = 5 480€ (+40%)= 7.672€/mois contre 3 460€ s’ils étaient restés en France.

    Simulation 3  : un couple de retraité assujetti à l’ISF, demeurant en France

    Un couple de retraité perçoit une pension de 5.000 euros net par mois soit 60 000 euros par an. S’il reste en France, il payerait 5.769 € d’impôts (impôts 2013 sur le revenu 2012). Ces résidents français sont propriétaire d’un appartement parisien de 1,5 million d’euros et d’un appartement à Nice de 300 000 euros. Ils paient une fiscalité foncière de 4 000 euros par an pour leur deux biens et 4 500 euros de taxe d’habitation. Soit une fiscalité immobilière annuelle de 8.500 euros. Leur patrimoine net est supérieur à 1,3 millions euros, ils sont donc redevables de l’impôt de solidarité sur la fortune. Ils doivent s’acquitter 3.323 euros d’ISF annuel.

    Simulation 4  : le même couple prend sa retraite au Portugal

    Si ce même couple part vivre à Lisbonne, il économise 5.769 € d’impôts annuels sur les pensions perçues. Du produit de la vente des biens de Paris et de Nice, il dispose de 1,8 million d’euros de liquidités pour réinvestir en immobilier et les placer. Si ce couple achète un appartement de 300.000 € à Lisbonne et une maison dans l’Algarve à 300.000 €, il lui restera 1,2 million d’euros à placer. La taxe d’habitation et foncière de ces deux biens immobiliers représentera un total de 2.000 euros par an.

    Placer à 4%, ces 1,2 million rapporteront 48 000 euros d’intérêts annuels. Ces revenus seront imposés à 20%. Les revenus nets mensuels de cette épargne seront donc de 3.200 euros par mois. Leur patrimoine ne sera pas taxé à l’ISF soit une économie annuelle de 3.323 euros par an. Ils vont donc augmenter leur pouvoir d’achat grâce au gain fiscal et immobilier de 54.000 euros par an, soit 4 500€/mois. Sur 10 ans cela représentera 540.000 € d’économies réalisées. Ces gains pourront en partie être dépensés et/ou épargnés. Ils pourront faire des donations à leurs enfants. Le coût de la vie étant de 30 à 40% moins cher, leur pension et revenu de l’épargne vont augmenter dans la même proportion leur pouvoir d’achat quotidien. Ils auront un pouvoir d’achat réel net de 5 000€+4 500€=9 500€ (+40%)= 13 300€/mois contre 3.534€/mois s’il état resté en France.

    A noter que pour cette dernière simulation, cela suppose de ne plus posséder aucun bien en France pour ne pas être rattrapé par le fisc français pour l’ISF.

    Écrit par Pierrick FAY, journaliste du Journal Les Echos


2 Responses so far.

  1. DELAPREE dit :

    Votre démonstration est logique, mais qu’en est-il d’une expatriation pour des retraités français à revenus beaucoup plus petits ?
    Quant au 30 ou 40% de différence de prix du coût de la vie entre le Portugal et la France, j’en doute, car ça mettrait le Portugal au même niveau que le Maroc, la Tunisie !!!!! J’émets plus qu’un doute. On peut peut-être parlé d’une différence de 20%, mais guère plus. et en tout cas pas sur les loyers….qui restent encore très élevés au Portugal.Seul bémol à ce régime fiscal. Il ne s’applique que pendant dix ans. Passé ce délai, les personnes ayant bénéficié du statut de résident non-habituel tombent dans le régime de droit commun et supportent le régime traditionnel d’impôt sur le revenu avec un taux marginal d’imposition qui peut atteindre actuellement 46,5 %.
    Je vous recommande de voir le site internet suivant : http://www.retraite-etranger.fr créé par Paul DELAHOUTRE.

    • Le coût de la vie inférieure de 30 à 40%, c’est peut être exagéré en effet ! Mais 20 à 30% moins cher que la France, je ne dirais pas non ! La vie, ici, reste néanmoins beaucoup plus accessible qu’en France, notamment pour les petits revenus.